Le Carême, jour par jour, avec Maurice Zundel

Prêtre suisse né en 1897 et mort en 1975, Maurice Zundel a été un prédicateur itinérant, peu connu de son vivant. Invité par le pape Paul VI, son ami, il prêcha une retraite de carême au Vatican en février 1972.
Le pape Paul VI a dit de Zundel qu’il «était un génie, génie de poète, génie de mystique, écrivain et théologien, et tout cela fondu en un, avec des fulgurations». Il est étonnant de constater à quel point la pensée de cet humble prêtre continue de rayonner; il est considéré comme un géant de la spiritualité chrétienne.
Voici 40 ‘mots’ ou ‘pensées’ de Zundel, extraits de ses écrits, homélies et conférences pour nous accompagner pendant ces 40 jours de Carême.

22.  Dieu ne permet jamais le mal

22.  Dieu ne permet jamais le mal

J’enrage quand on dit: “Dieu permet le mal.” Mais non! Dieu ne permet jamais le mal; Il en souffre, Il en meurt, Il en est le premier frappé et, s’il y a un mal, c’est parce que Dieu en est d’abord la victime…
Dieu, en son Fils crucifié, assume toute la détresse humaine; que la croix du Christ, c’est justement le cri poussé à la face du monde, pour dire aux hommes de tous les temps, que Dieu a partie liée avec tout homme, qu’Il est flagellé dans nos tortures, qu’Il saigne dans nos blessures, qu’Il transpire dans nos sueurs, qu’Il gémit dans nos solitudes, qu’Il pleure dans nos larmes…
L’amour de Dieu pour nous est semblable à l’amour d’une mère. C’est un amour d’identification qui prend la couleur de tous les états de son fils dévoyé…