En 2019, le Saint-Père a institué le Dimanche de la Parole de Dieu, qui est célébré chaque année le 3e dimanche du Temps Ordinaire.
Voici quelques extraits de ce que le pape François écrivait au sujet du dimanche de la Parole dans son motu proprio « Aperuit Illis », du 30 septembre 2019.

J’établis que le IIIe Dimanche du Temps Ordinaire soit consacré à la célébration, à la réflexion et à la proclamation de la Parole de Dieu. Ce dimanche de la Parole de Dieu viendra ainsi se situer à un moment opportun de cette période de l’année, où nous sommes invités à renforcer les liens avec la communauté juive et à prier pour l’unité des chrétiens.

Les communautés trouveront le moyen de vivre ce dimanche comme un jour solennel. Il sera important, en tout cas que, dans la célébration eucharistique, l’on puisse introduire le texte sacré, de manière à rendre évidente à l’assemblée la valeur normative que possède la Parole de Dieu. En ce dimanche, de façon particulière, il sera utile de souligner sa proclamation et d’adapter l’homélie pour mettre en évidence le service rendu à la Parole du Seigneur.

De la même manière, les prêtres en paroisse pourront trouver la forme la plus adéquate pour la remise de la Bible, ou de l’un de ses livres, à toute l’assemblée, afin de faire ressortir l’importance d’en continuer la lecture dans sa vie quotidienne, de l’approfondir et de prier avec la Sainte Écriture, se référant de manière particulière à la Lectio Divina.

Ce jour consacré à la Bible veut être non pas « une seule fois par an », mais un événement pour toute l’année, parce que nous avons un besoin urgent de devenir familiers et intimes de l’Écriture Sainte et du Ressuscité, qui ne cesse de rompre la Parole et le Pain dans la communauté des croyants. Que le Dimanche de la Parole de Dieu puisse faire grandir dans le peuple de Seigneur la religiosité et l’assiduité familière avec les Saintes Écritures, comme l’auteur sacré enseignait déjà dans les temps anciens « Elle est tout près de toi, cette Parole, elle est dans ta bouche et dans ton cœur, afin que tu la mettes en pratique » (Dt 30, 14).

Méditer la Parole en groupe : la Lectio divina

« Il existe une modalité concrète pour écouter ce que le Seigneur veut nous dire dans sa Parole et pour nous laisser transformer par son Esprit. Et c’est ce que nous appelons ‘lectio divina’ » (Pape François, La Joie de l’Évangile, n° 152)

Suggestions pour mettre en œuvre une Lectio divina en groupe

Remarques préliminaires

  • Prévoir le texte d’Écriture à méditer (par exemple Ne 8, 1 – 12)
  • S’en tenir à un seul texte mis à la disposition de tous (avec la même traduction – de préférence celle de la Bible de la liturgie puisque c’est celle qu’on proclame aux liturgies)
  • Ne pas faire des groupes trop grands
  • Un membre du groupe se charge de guider le groupe en invitant à passer à l’étape suivante

Pour se préparer le cœur :

  • Se mettre en présence du Seigneur qui va me parler
  • Allumer un cierge
  • Prière ou chant pour invoquer l’Esprit Saint
  • « Le Saint-Esprit transforme la Sainte Écriture en une Parole vivante de Dieu, vécue et transmise dans la foi de son peuple saint. » (Aperuit illis, 9)

1) Écoute de la Parole de Dieu

  • Quelqu’un proclame la Parole.
  • On fait une pause… puis on reprend posément la lecture une deuxième fois.
  • On note ou on souligne un mot, un verset qui me touche, me rejoint.
  • On peut alors librement partager chacun cette parole mais sans faire de commentaire.
  • « Elle est importante l’affirmation des Pères conciliaires par lequel elle a été écrite » (Dei Verbum, n. 12). » (Aperuit illis, 5) selon laquelle l’Écriture Sainte doit être « lue et interprétée à la lumière du même Esprit

2) Accueil de la Parole de Dieu

  • Quelqu’un d’autre relit le texte.
  • On fait une pause où chacun relit ce passage de l’Écriture en essayant de répondre à la question : « Qu’est-ce que le Seigneur me dit à travers ce passage ? » – Que me dit cette parole à propos de Dieu, de Jésus… ? Que me dit-elle dans ma situation actuelle, ma vie, la vie de l’Église ?
  • Chacun exprime sobrement ce qu’il entend le Seigneur lui dire à partir de ce texte.

« L’Ancien Testament n’est jamais vieux une fois qu’on le fait entrer dans le Nouveau, car tout est transformé par l’unique Esprit qui l’inspire. Tout le texte sacré possède une fonction prophétique : il ne concerne pas l’avenir, mais l’aujourd’hui de celui qui se nourrit de cette Parole. Jésus lui-même l’affirme clairement au début de son ministère : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre » (Lc 4, 21). » (Aperuit illis, 12)

3) Réponse à la Parole de Dieu

  • On relit le texte une troisième fois.
  • En silence chacun essaye de répondre à la question : « Qu’est-ce que je réponds à ce que le Seigneur me dit ? »
  • Chacun exprime sa réponse, son désir en l’adressant à Dieu sous forme de prière brève : une louange, une action de grâce, une demande, une intercession…

4) Temps de prière et de contemplation

  • On reste un moment en paix et en silence avec le Seigneur.
  • On termine en priant ensemble le « Notre Père »

Suggestions pour mettre en œuvre une Lectio divina seul*

Remarques préliminaires

  • Décider d’un lieu et d’un temps (au besoin, me détendre un peu avant).
  • Prévoir le texte d’Ecriture (par exemple. un extrait de la liturgie du jour).
  • M’en tenir au même texte pendant le temps de prière.

Pour se préparer le coeur :

  • Me mettre en présence du Seigneur qui va me parler.
  • Toujours invoquer l’Esprit Saint. Louer le Seigneur qui est Parole.
  • Parcourir avec souplesse la succession des 4 étapes suivantes en prenant bien le temps pour chacune.

1) LIRE (lectio: « Que dit le texte? ») 

J’écoute les paroles de Dieu

  • Lire le texte lentement et de façon désintéressée, en veillant à « écouter ».
  • Faire une pause…
  • Reprendre la lecture au moins deux fois, avec application mais sans tension.
  • Ne pas passer trop vite cette étape, prendre le temps d’une lecture objective.

2) MÉDITER (meditatio: « Que me dit le texte ? ») 

J’écoute Dieu dans ses paroles

  • Repasser dans le cœur, une parole que j’ai choisie pour une raison ou l’autre (elle me dérange, me fait du bien, me questionne…).
  • Prendre le temps de la répéter, de la laisser résonner très lentement, ou de la goûter…
  • Pour garder cette parole dans le cœur, je peux éventuellement m’interroger de cette façon : Que me dit cette parole à propos de Dieu, de Jésus… ? Que me dit-elle dans ma situation actuelle ?
  • Mais j’évite d’entrer dans des « réflexions sur le texte » pendant le temps de la prière, car il importe surtout de me laisser imprégner par la parole et la présence de Dieu.

3) EXPRIMER (oratio: « Quelle est ma réponse à Dieu ? ») 

J’exprime à Dieu mon désir

  • Je me contente d’une expression brève, mais vraie, venant du cœur.
  • Ce peut-être une louange, une exclamation, une demande, une intercession…

4) CONTEMPLER (contemplatio)  

Je me tais et m’offre à l’œuvre de Dieu

  • Rester en paix et silence avec le Seigneur.
  • Je laisse le Seigneur faire son œuvre, je me mets à sa disposition pour que mon esprit et mon cœur se convertissent à lui…
  • Si elle est donnée, accueillir la grâce de contempler le Seigneur et de regarder avec Lui « la réalité » qui s’offre à moi, sans chercher à « retenir » cette grâce…
  • Si je ne peux pas rester dans cette quiétude, je peux revenir à la 2ème étape, avec une autre parole…

Pour terminer

Remercier ou louer le Seigneur.

* Merci à M. l’Abbé J. Hospied pour cette proposition.

http://www.cathobel.be