Le Carême, jour par jour, avec Maurice Zundel

Prêtre suisse né en 1897 et mort en 1975, Maurice Zundel a été un prédicateur itinérant, peu connu de son vivant. Invité par le pape Paul VI, son ami, il prêcha une retraite de carême au Vatican en février 1972.
Le pape Paul VI a dit de Zundel qu’il «était un génie, génie de poète, génie de mystique, écrivain et théologien, et tout cela fondu en un, avec des fulgurations». Il est étonnant de constater à quel point la pensée de cet humble prêtre continue de rayonner; il est considéré comme un géant de la spiritualité chrétienne.


39F.jpg

39.  L’urgence de redonner à l’Eglise son visage mystique

Dans l’époque que nous vivons, dans ce désordre, dans ce tumulte, dans ce désarroi des clercs, des prêtres, des moines, des religieuses qui se demandent à quoi ils pourraient servir ne voyant pas qu’ils sont plus nécessaires que jamais, que précisément ils ont à donner le Christ en personne et c’est ça leur mission irremplaçable: ils ont à donner le Christ en personne! Ils n’ont pas à transmettre des signes, des mots, une doctrine, un enseignement, une philosophie! Ils ont à communiquer ce “Quelqu’un” qui aime chacun jusqu’à la mort de la Croix et qui veut devenir en chacun la Vie de sa vie.
Rien n’est plus important pour nous: il faut que nous redonnions à l’Eglise son visage mystique! il faut qu’elle apparaisse à travers nous comme le corps mystique du Seigneur. Il faut que, dans la transparence de notre vie, resplendisse le Visage de Jésus.
Impossible de rien attendre des techniques, des méthodes, de toutes les organisations, de toutes les proclamations, de toutes les, de tous les mass medias si Jésus n’est pas vivant au fond de nos cœurs! Tout cela ne fera que du bruit, ne fera que divertir les esprits, les éloigner du centre et écorcher le corps mystique du Seigneur!…
L’Eglise est Quelqu’un. L’Eglise est une Personne. L’Eglise est une Présence. L’Eglise, c’est Jésus. Nous ne pouvons donc être d’Eglise authentiquement qu’en nous dévissant, en nous démettant de nous-mêmes avec une volonté obstinée de laisser transparaître à travers nous ce Visage de Jésus après lequel toute la terre soupire.